L’architecture participe à l’épanouissement de l’homme et l’accompagne dans sa vie sociale.

Crèche du centre social Laënnec

Centre Social Laënnec 69008 LYON

Parti architectural

Premier lieu de socialisation, la crèche peut également être le lieu de découverte des sens pour l'enfant.

Le  projet concerne un équipement conçu pour la petite enfance en appui du premier centre social de France, crée au lendemain de la première guerre mondiale.

Un équipement conçu pour la toute petite enfance, de 2 mois ½ à 3 ans, qu’il soit destiné pour le joyeux bambin à un usage de garde permanente ou simplement occasionnelle, restera pour lui son premier lieu de socialisation, dans le sens de son apprentissage à une vie avec autrui, en dehors de son cocon familial, où il a tant l’habitude de régner. Là, il commencera à découvrir qu’il a des égaux, qu’il doit savoir attendre, partager, des êtres qu’il ne connaît pas, qu’il faudra apprendre à apprivoiser, comme le dit si bien Le Petit Prince de St. Exupéry.

Lieu de vie, pour l’enfant dans lequel il va passer une partie importante de son quotidien ; ce lieu devra lui permettre de bâtir ses références, trouver son coin d’appropriation personnel. Lieu ludique de loisir pour d’autres, ce sera l’endroit où il se fera ses premiers amis, mais aussi l’endroit où il connaîtra ses premiers interdits, dictés par une autre personne qu’un membre de sa famille. C’est donc un lieu transitoire dans la vie de l’enfant, post-maison et pré-école maternelle, un lieu pédagogique, de découverte de l’espace qui devra être singulier , surprenant donc totalement différent de sa maison, dans le respect bien sûr de son échelle.

Ce bâtiment doit être support à un apprentissage de sa découverte sensorielle :

  • La vue : avec ses visions de l’espace, directes ou indirectes, au travers de vitrages, d’une porte entrouverte, d’autres locaux, des perspectives horizontales, en plongée ou en contre-plongée qui font découvrir ce qui est loin comme plus petit.  Il percevra que la lumière naturelle n’a pas toujours ni la même couleur, ni la même intensité, que celle-ci va jouer sur les murs et les couleurs de ceux-ci plus ou moins violemment. C’est ainsi que sur une courbe la lumière va s’estomper progressivement, alors que sur un angle droit elle va se rompre, il va y avoir une face en pleine lumière et l’autre dans l’ombre ; la même couleur sur ces deux parois apparaîtra du même coup différente. Un travail sur le reflet sera également opéré afin que l’enfant puisse se découvrir ou découvrir l’autre au travers d’un miroir,  l’image réelle, au travers du reflet de la personne sur une peinture murale brillante, image virtuelle.
  • L’ouïe : autour des volumes de hauteur différente, suivant les matériaux, absorbant (bois, textile, plastique) ou réverbérant (carrelage, verre, métal), l’enfant découvrira des ambiances de résonance ou bien feutrée, suivant qu’il se trouve dans des lieux de jeux, d’écoute, des espaces qui mènent au dortoir...
  • Le toucher : au travers des matériaux comme le doux avec des éléments textiles, le dur comme le béton,  le mou comme les sols caoutchouc, le chaud comme le bois, le sol chauffant, le froid comme les éléments verriers, le carrelage…
  • L’odorat : dans le jardin où seront plantées des fleurs, des herbes aromatiques, à l’instar des jardins potagers de nos aïeuls.
  • Le goût : toujours dans les plantations du jardin des arbres fruitiers, des cassis, groseilles, des fraises et des framboises, qui feront découvrir à l’enfant le doux, le sucré, le âpre, l’amer… Cela lui permettra de découvrir également le lien entre la plantation, les pousses au fil des saison, la cueillette et bien sûr le fait de les déguster.

Et c’est de l’association de tous ces ingrédients que l’enfant découvrira inconsciemment le ressenti d’émotions dans certains lieux. Ce sera pour lui un véritable apprentissage de l’espace bâti : comment passe t’on du dehors au dedans, de la vision que l’on peut avoir du dedans depuis le dehors et réciproquement. Un travail sur la hiérarchie des espaces par exemple le dedans éclairé zénithalement, ou le dehors à l’abri des intempéries.

Il servira également de base à son apprentissage de la perception du temps :

  • Le temps qu’il fait lui sera retranscrit au travers du bâtiment : les différentes formes de baies lui permettront d’avoir des repères ; les formes géométriques de leur projection au sol ou sur les murs, plus ou moins marquées suivant l’ensoleillement, jusqu’à disparaître par temps gris. La verrière zénithale de la rue intérieure leur montrera le ciel bleu, nuageux, s’il pleut ou s’il neige…
  •  Le temps qui s’écoule : les multiples orientations des différents espaces montreront aux enfants la course du soleil tout au long de ces journées qui semblent interminables à leur échelle, afin de leur créer des ponctuations pour tous les différents moments du quotidien. C’est ainsi que certaines baies feront découvrir aux plus petits un rond de lumière qui est projeté par le soleil au sol le matin tel un ballon qui les invite à jouer. Ce cercle prendra différente forme au fil des saisons. Pour les plus grands, ce sera au soleil de midi, qui leur dira, c’est la mi-journée, il faut aller déjeuner. Le coin repas sera baigné d’ensoleillement direct dès le goûter du matin, bien entendu à midi, mais encore au moment du goûter d’après midi. Les dortoirs pourront être éclairés naturellement grâce à un système de pavés de verre épars, tel une pluie d’étoiles. La verrière en toiture du hall leur fera découvrir ce qu’est le zénith, c’est quand l’on verra pleinement le soleil en direct. Avec le choix des couleurs, l’enfant découvrira la transformation de celles-ci suivant qu’elles sont réfléchies de lumière naturelle différente suivant les saisons, ou artificielle, directe ou rasante. L’espace lui même semblera changer de dimensions le jour ou la nuit grâce aux nombreuses baies en façade ou en toiture.

Pour l’enfant qui commence à marcher son arrivée, en un tel lieu, lui permettra de découvrir, que le portillon d’entrée extérieur, est la marque d’une frontière affirmée entre les dangers de la rue où l’on doit tenir la main et le jardin où l’on n’est plus que sous le contrôle visuel. Le square d’entrée sera donc aux beaux jours un lieu d’échange et de convivialité entre les différents parents et l’équipe professionnelle.

Dès son entrée, il découvrira une rue intérieure, lieu de ses divers déplacements tout au long de la journée, qui lui permettront de ponctuer ses différentes activités. L’éloignement de chaque lieu qu’il fréquentera de part et d’autre de l’espace professionnel central, en dehors de provoquer et d’organiser les déplacements vus ci-dessus, permettra d’assurer un isolement entre les différentes pièces dans le respect du rythme biologique et du besoin différencié de chaque enfant eu égard au calme et au sommeil.

Lieu de l'opération

Centre Social Laënnec 69008 LYON


Maître d'œuvre

Atelier d’architecture Hervé Vincent Mandataire
Economiste : Trompille
BET Structure : DPI
BET Fluides : RBE


Maître d'ouvrage

Caisse d'Allocation Familiale de Lyon


Programme

Extension du centre social en vue de la création d'une structure d'accueil de la petite enfance.


Mission

Complète


Surface totale

310 m² m2


Budget

617 600 € HT


Calendrier

Livré en août 2006